Online shopping for the latest electronics, fashion, phone accessories, computer electronics, toys, home&garden, home appliances, tools, home improvement and more.

play

ALI_iframe_EPN

aliDINAMIX

C'est signé!

La fin d'une négociation et le jour d'une panthéonisation
JE M'ABONNE


Bonjour 👋 Nous sommes le mercredi 11 novembre. Voici votre Newsletter du Matin. Bon repos si vous ne travaillez pas aujourd'hui!



Etats-Unis : malgré la victoire démocrate, le trumpisme est loin d'être mort

Lire la suite


Anticiper

LES INFOS DU JOUR
La fin d'une négociation et le jour d'une panthéonisation

Maurice Genevoix fait son entrée aujourd'hui au Panthéon. (Sipa)

1 - Les négociations ont abouti. L'UE signe aujourd'hui un contrat pour acheter jusqu'à 300 millions de doses du vaccin contre le Covid de l'Américain Pfizer et de l'Allemand BioNTech. Ces deux laboratoires ont annoncé lundi que leur vaccin était "efficace à 90%" contre les infections au Covid-19. Les doses seront réparties au prorata de la population de chaque Etat.

2 - Du très classique, puis du très symbolique. La célébration du 102e anniversaire de l'Armistice de 1918 par Emmanuel Macron s'effectuera en deux temps. D'abord, dans la matinée, la traditionnelle cérémonie sous l'arc de Triomphe, qui marquera cette année le centenaire de l'inhumation du soldat inconnu (1920). Puis, l'après-midi, la panthéonisation de l'écrivain et combattant Maurice Genevoix, auteur de Ceux de 14.

3 - La France affronte la Finlande ce soir en amical au Stade de France. A 3 jours du match contre le Portugal, Didier Deschamps va sans doute donner du temps de jeu à des habitués du banc comme Steve Mandanda, Kurt Zouma ou Corentin Tolisso mais aussi possiblement aux nouveaux comme Ruben Aguilar (Monaco) et Marcus Thuram.  

Choisissez les prochaines personnalités préférées des Français qui postuleront dans le prochain Top 50 du JDD. Cela ne vous prendra que quelques minutes, en écoutant ou non du Jean-Jacques Goldman. Jusqu'au 29 novembre, vous pouvez choisir celles et ceux que vous souhaitez voir candidater dans notre traditionnel classement réalisé par l'Ifop depuis 1988.

👉 Pour voter, c'est ici 👈

L'ACTU À VENIR

Etats-Unis : rendez-vous dans quatre ans pour Nikki Haley, l'étoile montante du camp conservateur

Lire la suite

Confinement : sur son téléphone, on remplit désormais plus vite son attestation

Lire la suite



Expliquer

NOTRE TOPO D'ACTU
Accord dans le Haut-Karabagh : ce qu'il faut savoir

Des manifestants en colère se sont introduits au sein du Parlement arménien. (Reuters)

Cessez-le-feu. Après six semaines de combats dans la région du Haut-Karabagh, l'Azerbaïdjan et l'Arménie ont signé un accord de fin des hostilités, entré en vigueur lundi à 21 heures. Le conflit dans cette région majoritairement peuplée d'Arméniens, qui a fait sécession de l'Azerbaïdjan entraînant une guerre dans les années 1990, a causé la mort d'au moins 1.300 personnes depuis le 27 septembre, selon des bilans partiels. Plusieurs trêves humanitaires avaient été négociées au cours du mois d'octobre, sans succès.

Une victoire de l'Azerbaïdjan. Cet accord entérine les conquêtes de l'armée de Bakou. Les Azéris reprennent la ville historique de Choucha, point stratégique entre la capitale de l'enclave, Stepanakert, et l'Arménie. Ils reprennent également sept districts du "glacis sécuritaire", créé par les séparatistes dans les années 1990. Ces derniers ont jusqu'au 1er décembre pour se retirer des districts restant.

Colère en Arménie. Le Haut-Karabagh survit, mais est désormais très affaibli par cette offensive de l'Azerbaïdjan. Sur Facebook, le Premier ministre arménien, arrivé au pouvoir en 2018 à la suite d'une révolution populaire, a expliqué que la signature de l'accord avait été "incroyablement douloureuse" mais nécessaire au vue de l'avancée militaire du camp adverse. En Arménie, la nouvelle a été très mal accueillie. A Erevan des manifestants en colère se sont rassemblés aux abords du siège du gouvernement et du Parlement, qualifiant le Premier ministre de "traître" et demandant sa démission. Nikol Pachinian a démenti les rumeurs d'une fuite sur Facebook.


👉  Si vous voulez tout comprendre à ce sujet, cliquez ici.

NOS ARTICLES POUR DÉCRYPTER ET MIEUX COMPRENDRE

Covid-19 : ce que disent les chiffres sur le léger "frémissement" à la baisse de l'épidémie

Lire la suite

Présidentielle américaine : à Philadelphie, la haine en seul partage entre les partisans de Biden et de Trump

Lire la suite



Surprendre

NOTRE INFO EN PLUS
Imbroglio politique au Brésil autour d'un vaccin chinois

 Jair Bolsonaro a parlé du vaccin de Sinovac en disant qu'il venait de "cet autre pays". (Reuters)

Que se passe-t-il avec le vaccin chinois au Brésil? L'autorité sanitaire du pays a annoncé lundi avoir suspendu les essais cliniques du vaccin du laboratoire chinois Sinovac Biotechs après "un incident grave" constaté le 29 octobre chez un volontaire. Elle a refusé de fournir des détails sur ce qui s'est passé par souci de confidentialité, mais a indiqué que ce type d'incidents pouvaient inclure la mort, des effets secondaires potentiellement fatals, une invalidité grave, une hospitalisation et d'autres "événements cliniquement significatifs".

De son côté, l'organisme public qui coordonne les essais vaccins au Brésil, l'Institut Butantan, s'est dit "surpris" par cette décision . Le centre de recherche biomédicale est affilié au gouvernement de Sao Paulo. Or, le gouverneur de Sao Paulo, Joao Doria (centre-droit) et le président d'extrême droite Jair Bolsonaro sont en conflit ouvert. Et le vaccin chinois fait l'objet d'une bataille politique entre les deux hommes.

Jair Bolsonaro a qualifié hier de "victoire" personnelle la suspension des essais cliniques. "Mort, anomalies. C'est ça, le vaccin que Doria voulait obliger tous les habitants de Sao Paulo à recevoir". Le mois dernier, il a annulé un accord d'achat de 46 millions de doses du vaccin chinois qui avait été annoncé par son propre ministre de la Santé. Evoquant "une Chine très discréditée" car "le virus y est né", le président a assuré que son pays n'allait "pas acheter un vaccin qui n'intéresse personne". De son côté, Joao Doria avait annoncé que les 120.000 premières doses de CoronaVac allaient arriver à Sao Paulo le 20 novembre. L'Etat de Sao Paulo a un accord avec Sinovac pour acquérir 46 millions de doses (6 millions produites en Chine, les autres au Brésil).

👉 Pour lire notre article sur le sujet, c'est par là.

NOS ARTICLES QUI VONT VOUS SURPRENDRE

Ces jeunes urbains et étudiants qui se sont confinés dans les prés

Lire la suite

Comment le chef étoilé Olivier Nasti fait face à la crise

Lire la suite



Découvrez notre offre d'abonnement, gratuite pendant 2 mois
  • Le Journal du Dimanche, le week-end, votre journal à lire et télécharger en version numérique dès le samedi soir à 23h45
  • Le Journal de Demain, chaque soir, du lundi au samedi, l'actualité du lendemain ... avant tout le monde
  • Bon Dimanche, le mercredi, La sélection exclusive de la rédaction pour organiser votre week-end
  • Bon Dimanche à Paris, le vendredi, votre week-end à Paris et en Île-de-France
  • Lejdd.fr en illimité, 100% des articles premium disponibles
Je m'abonne
0€ pendant 2 mois, puis 6,90€/mois


ON RESTE EN CONTACT ? 

Si vous ne souhaitez plus recevoir ce type d'e-mails, veuillez vous désabonner ici


En application des dispositions de la loi nº 78-17 du 6 janvier 1978 dite « Informatique et Libertés » modifiée, toute personne physique dispose des droits d'accès, de rectification, d'opposition et de suppression des données la concernant. L'exercice de ces droits peut s'effectuer à tout moment par la voie postale à l'adresse suivante : Le Journal du Dimanche - 2 rue des Cévennes 75015 Paris ou en nous contactant directement via le formulaire suivant 

>