Online shopping for the latest electronics, fashion, phone accessories, computer electronics, toys, home&garden, home appliances, tools, home improvement and more.

play

ALI_iframe_EPN

aliDINAMIX

Jour J pour les soignants

Des signatures pour le Ségur, des préparatifs pour Macron, un verdict pour Manchester City
JE M'ABONNE


Bonjour 👋 !

Nous sommes le lundi 13 juillet et voici votre Newsletter du Matin. On espère que vous profitez de ce week-end prolongé et ensoleillé 🌞. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques ici. Commençons tout de suite avec les infos du jour.


Anticiper

LES INFOS DU JOUR
Signature des accords du Ségur de la Santé, ultimes réglages avant le 14-Juillet, la fin du suspense pour Manchester City

Jean Castex s'exprimera après la signature des accords du Ségur de la Santé. (Reuters)

1. Deux accords issus du Ségur de la Santé seront signés à 14h30 à Matignon. Le premier, fort d'une enveloppe de 7,5 milliards d'euros, porte sur la rémunération du personnel paramédical et non-médical. Le second prévoit une enveloppe de 450 millions d'euros pour les médecins. Suivra une déclaration du Premier ministre, Jean Castex.

2. Emmanuel Macron peaufine son intervention télévisée de demain, durant laquelle il devrait revenir sur l'évolution de l'épidémie et dévoiler ses chantiers à venir, en particulier le plan de relance économique. Ultimes réglages également pour les armées, qui présenteront une cérémonie du 14-Juillet remaniée pour respecter les contraintes sanitaires.

3. Les fans de football scrutent la décision du Tribunal arbitral du sport, à Lausanne, concernant l'exclusion de Manchester City des Coupes d'Europe pendant deux saisons. Racheté en 2008 par un membre de la famille royale émiratie, le club anglais est accusé d'infractions au fair-play financier. Verdict attendu à 10h30.

L'ACTU À VENIR

Hommage aux soignants, parade aérienne... Voici à quoi ressemblera le 14-Juillet

Lire la suite

Relocalisations, emploi des jeunes, compétitivité... Ce que l'on sait du plan de relance économique

Lire la suite


Expliquer

NOTRE TOPO D'ACTU
Pourquoi les autorités craignent une reprise de l'épidémie

A Laval le 9 juillet, le personnel effectue des prélèvements devant l'hôpital. (AFP)

Des indicateurs à l'orange. Alors que la barre des 30.000 morts du Covid-19 vient d'être dépassée, les mises en garde se multiplient. Si tous les voyants étaient au vert depuis le déconfinement, certains indicateurs passent à l'orange. A commencer par le "R effectif", le nombre de personnes infectées par un malade. Pour la première fois depuis plusieurs semaines, il est repassé au-dessus de la barre du 1 en métropole.
Autre chiffre : le nombre de consultations chez SOS médecins pour des suspicions de Covid-19 a augmenté de 40% entre le 29 juin et le 5 juillet, passant de 1.082 à 1.523 en métropole. Le nombre des hospitalisations, lui, reste stable. "Ce n'est pas forcément inquiétant mais cette hausse doit conduire à une certaine vigilance", estime Franck Chauvin, président du Haut Conseil de la santé publique.

Des signes de relâchement. Parallèlement, les Français respectent moins les gestes barrière. D'après Santé publique France, l'application de la distance d'un mètre entre deux personnes a reculé de 15% depuis la levée du confinement. Et les grandes vacances vont favoriser les déplacements, autant de facteurs de risques.

Une situation préoccupante en Mayenne. C'est en Guyane, où la situation est critique, que se concentrent les inquiétudes, mais aussi en Mayenne. Dans ce département de l'Ouest, le taux de tests positifs sur le nombre total réalisé s'élève à 9% contre 1,3 dans le reste du pays.
Sept foyers ont été recensés dans trois villes différentes. L'un d'eux, parti d'un abattoir, présente une "diffusion communautaire". "Ça veut dire que, parmi les cas identifiés, certains ne sont pas rattachables au cluster d'origine", décrypte Daniel Lévy-Bruhl, responsable de l'unité des infections respiratoires de Santé publique France. Une vaste campagne de dépistage a été lancée pour déterminer s'il s'agit d'un cluster à maîtriser ou d'une circulation à bas bruit du virus. Ce dernier scénario serait un "cauchemar" aux yeux du conseil scientifique.


👉  Si vous voulez tout comprendre à ce sujet, cliquez ici.

NOS ARTICLES POUR DÉCRYPTER ET MIEUX COMPRENDRE

Croissance, taux d'activité, chômage... Les vrais chiffres de l'état de la France

Lire la suite

Coronavirus : faut-il rendre le masque obligatoire?

Lire la suite


Surprendre

NOTRE INFO EN PLUS
Trump porte un masque en public, et c'est tout sauf anodin

Donald Trump samedi dans un hôpital militaire du Maryland. (Reuters)

Samedi, Donald Trump est apparu en public avec un masque lors d'une visite dans un hôpital militaire du Maryland. Une précaution banale, dans le contexte épidémique? Loin de là. Pour le président américain, c'est une première.
"Je n'ai jamais été contre les masques, mais je suis convaincu que cela dépend du moment et de l'endroit", a commenté Donald Trump. Il n'empêche, c'est un virage à 180 degrés. Jusqu'ici, le Président avait toujours soigneusement évité de se montrer masqué publiquement. Il s'était d'ailleurs moqué à plusieurs reprises de son adversaire démocrate Joe Biden, lequel respecte scrupuleusement les conseils des médecins et limite ses déplacements.
Son attitude a même contribué à faire du masque un objet politique aux Etats-Unis. Le refus d'en porter est considéré par certains comme une affirmation de la liberté individuelle. Mais face à la crise sanitaire, son geste est un signal fort : le nombre de cas de Covid-19 explose dans le pays. Le coronavirus y a fait près de 135.000 victimes, le bilan le plus lourd dans le monde.

👉 Pour en savoir plus, cliquez ici.

NOS ARTICLES QUI VONT VOUS SURPRENDRE

Teddy Riner sur le report des J.O. : "Sur l'instant, je me suis dit : j'arrête tout"

Lire la suite

Mobilier élimé, ordinateurs hors d'âge... Quand l'équipe Rubirola découvre la mairie de Marseille

Lire la suite


NOUVEAU ! 
Découvrez notre offre d'abonnement, gratuite pendant 2 mois
  • Le Journal du Dimanche , le week-end, votre journal à lire et télécharger en version numérique dès le samedi soir à 23h45
  • Le Journal de Demain, chaque soir, du lundi au samedi, l'actualité du lendemain ... avant tout le monde
  • Bon Dimanche, le mercredi, La sélection exclusive de la rédaction pour organiser votre week-end
  • Bon Dimanche à Paris, le vendredi, votre week-end à Paris et en Île-de-France
  • Lejdd.fr en illimité, 100% des articles premium disponibles
Je m'abonne
0€ pendant 2 mois, puis 6,90€/mois


ON RESTE EN CONTACT ? 

Si vous ne souhaitez plus recevoir ce type d'e-mails, veuillez vous désabonner ici


En application des dispositions de la loi nº 78-17 du 6 janvier 1978 dite « Informatique et Libertés » modifiée, toute personne physique dispose des droits d'accès, de rectification, d'opposition et de suppression des données la concernant. L'exercice de ces droits peut s'effectuer à tout moment par la voie postale à l'adresse suivante : Le Journal du Dimanche - 2 rue des Cévennes 75015 Paris

>